Une séance à distance : quel intérêt ?

Elle peut répondre à vos contraintes d’emploi du temps, d’éloignement géographique du cabinet.

Elle est utile lorsque le déplacement vous est déconseillé ou difficile : en cas de convalescence par exemple, une mobilité réduite, pour une personne âgée.

Comment cela s’organise ?

La séance à distance est similaire à un soin en présentiel : un échange verbal (skype, téléphone), un soin (une “collaboration”), un 2e échange verbal. Ce dernier peut avoir lieu de suite après (vous êtes averti de la fin du soin par texto), ou à un moment plus opportun pour vous.

Que dois-je faire ?

Avant

Prévoyez  du temps pour vous ; veillez à ne pas être dérangé en prévenant votre entourage, et en éteignant votre téléphone (au moins sur mode avion).

Préparez une pièce au calme et qui vous soit agréable : aérée, avec encens si cela vous plaît.

Mangez normalement le jour même, sans excès (évitez l’alcool et un repas trop lourd qui pourrait vous indisposer pendant la séance).

Placez une bouteille d’eau et une petite couverture près du fauteuil, ou du lit. Ce n’est pas la position qui importe, mais votre confort. Au repos le corps se refroidit et, parfois, le travail énergétique amène une sensation de fraîcheur. Pour assimiler les nouvelles informations, le corps physique a besoin d’être hydraté. Même si vous ne ressentez pas la soif, vous êtes invité à boire un peu d’eau avant et après le soin.

Pendant

Soyez simplement observateur, et dirigez votre attention sur le corps : la respiration est ventrale, ou thoracique ? Y a –t’il des tensions ? Du chaud, du frais ? Des mouvements ? N’y mettez pas d’interprétation, soyez simplement à l’écoute.

Si des pensées traversent l’esprit, continuez à les observer, comme vous regarderiez des nuages défiler dans le ciel, sans retenir aucun d’eux.

Si une émotion se fait sentir (tristesse, colère, ou peur), accueillez-là. Cela veut simplement dire, laissez-lui la place d’exister à l’intérieur de vous. Petit à petit l’intensité diminuera, la charge émotionnelle sera apaisée. Voyez l’enfant : si sa colère a la place de s’exprimer, il finit par se calmer et jouer comme si de rien n’était. Si son expression lui est refusée, elle reste à l’intérieur du corps.

Vous pouvez vous assoupir, c’est tout à fait normal.